Hydrospeed Uganda 2006

  • Accueil
  • Livre d'Or
  • Galeries
Accueil > L'expédition > Samedi 11 novembre 2006
  • Translate
  • To translate this Site with AltaVista Babel Fish, click a flag : Translate in English Translate in Deutsch
  • Contact

  Samedi 11 novembre 2006

Départ pour Jinja !

Ce matin, nous nous réveillons vers 7h30.
Nous avons dormi sous moustiquaire pour la première fois.

JPEG - 44.3 ko
La moustiquaire
JPEG - 98.2 ko
Marc au premier matin

John, le frère de Paul est là. Nous attendons les taxis pour rejoindre Paul à Kampala, la capitale.

JPEG - 138.4 ko
Première photo des trois Muzungu

Nous attendons, tranquillement, it’s african time.

JPEG - 145.2 ko
Keba Inn, notre guest house

Nous prenons enfin la route, en roulant à gauche, pays anglophone oblige. Il fait enfin jour, nous en prenons plein les yeux. Toutes sortes de véhicules, des Toyota Hiace tous blancs qui servent de taxis, des vélos, des scooters qui servent aussi de taxis, des camions, beaucoup de voitures japonaises.

JPEG - 83.7 ko
Un marché
JPEG - 49.1 ko
Les Toyota Hiace qui servent de taxis

Certains vélos sont très chargés : régimes de bananes, poulets, tôles, sacs de maïs.

JPEG - 80.3 ko
Moto chargée de poulets

Il ya beaucoup de publicités et profusion de magasins qui exposent directement le long de la route.

JPEG - 75 ko
Arrivée sur Kampala

Arrivés à Kampala, nous nous retrouvons dans un bouchon. La route est plus mauvaise qu’ailleurs, particulièrement sur les rond-points.
Les deux taxis arrivent miraculeusement au même restaurant où nous attendent Paul et sa femme, Sarah.

JPEG - 71.2 ko
Un oiseau en plein Kampala

Nous prenons un petit déjeuner, Paul nous rassure sur la sécurité en Ouganda mais nous voyons plein d’hommes armés. Ils gardent les banques, les pompes à essence, les magasins, les bureaux de change... avec des vieilles pétoires mais c’est assez impressionnant !

Nous faisons du change : african time !
1 Euro pour 2100 Shilling. Nous repartons avec des centaines de milliers de shillings ougandais.

Paul nous dit qu’il est désolé mais il n’avait pas imaginé que nous aurions tant de bagages. Donc 2 taxis pour aller à Jinja à 2 heures de route : un pour les bagages un pour les bonshommes. Un peu colonial comme dit Charl mais plus sympa.

JPEG - 108.5 ko
Régimes de bananes

Nous traversons le Nil sur le barrage qui recouvre les chutes Owens, considérées comme les sources du Nil.

JPEG - 62.4 ko
A l’entrée du barrage des chutes Owens, une pub pour la bière "Nile special" qui est le nom d’une vague de surf

Arrivés à Jinja, grosse négociation avec les chauffeurs de taxi qui nous ont amené de Kampala.

JPEG - 98.2 ko
Avec les taxis

Au camp de Nile River Explorers, personne ne nous attendait.
Du coup, nous nous rabattons sur un lodge attenant, l’Eden Rock, assez sympa avec des maisonnettes rustiques : il y a un toit, des tous petits murs, les fenêtres n’ont pas de vitre, que des moustiquaires, un toilette et une douche sans pression. Raphaël ne tient pas debout à l’intérieur.

JPEG - 125.8 ko
Notre logement
JPEG - 153.7 ko
Jack Fruit

Nous allons voir les fameuses chutes de Bujagali, où un ougandais nous propose de nager dedans moyennant quelques shillings. Nous refusons en pensant que bientôt nous y nagerons.

JPEG - 85.5 ko
Les chutes de Bujagali

Nous prenons ensuite un bon repas et tentons d’organiser notre première descente sur la partie "Day One" pour le lendemain.

JPEG - 84.4 ko
Notre premier repas

En fin d’après-midi, nous partons pour Jinja pour trouver un café Internet. Nous prenons donc chacun un taxi-scooter, sans casque !
Sensations garanties !

JPEG - 87.2 ko
Marc sur son taxi

Les chauffeurs coupent leur moteurs dans les descentes pour économiser le carburant. D’ailleurs, sur les 6 kilomètres, il faut faire le plein : les réservoirs sont toujours quasi vides et ils ne remplissent que quand ils ont des clients. C’est pourquoi on trouve tant de stations essence ici. Quand on prend de l’essence, on ne dit pas "20 litres" et encore moins "le plein", on dit "2 000 shillings", soit environ 2 litres. C’est aussi valable pour les taxis voitures.

_En plus, les chauffeurs veulent que nous payons l’essence.

Nous trouvons un café internet, très lent (d’où le peu de photos, voir Vendredi 10 novembre 2006, désolés !).
A plusieurs reprises, le courant saute, mais les onduleurs se mettent en marchent et tout le monde tape sur son clavier dans le noir, éclairés par la lumière des écrans.

Une heure et demie et deux photos téléchargées plus tard, nous sortons et il fait nuit. Ce soir, pas d’électricité dans Jinja.
Quelques lanternes, des postes de radio sur piles, des rares magasins qui ont des groupes électrogènes.
Nous sommes à 1 kilomètre du plus grand lac d’Afrique et d’un des barrages les plus importants et il y a de l’électricité un jour sur 2.

JPEG - 136.4 ko
Le Nil vu du camp de Nile River Explorers

Nous rentrons en voiture : le scooter en pleine nuit ne nous dit rien.

Revoir le compte-rendu du Vendredi 10 novembre 2006.

Voir le compte-rendu du Dimanche 12 novembre 2006.